Étudier à Marseille: Quand le soleil et la mer attirent

De nombreux étudiants ont fait le choix de venir étudier à Marseille pour son climat et ses paysages uniques. Comparée aux plus grandes villes étudiantes françaises et malgré sa cinquième place dans le classement, la cité phocéenne continue de se distinguer.

.

Qui ne rêverait pas d’étudier sous le soleil de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur ? Même si Marseille n’est pas dans le top du classement des meilleures villes étudiantes, elle continue d’attirer en masse. La métropole d’Aix-Marseille regorge de paysages uniques et d’un climat propice au bien-être de chaque élève. Sans compter la mer, largement accessible grâce à une offre importante de transport en commun. Sur le papier, il semblerait que rien ne face de l’ombre à Marseille. Alors pourquoi une 5ème place?

 

« Le soleil, la plage et les calanques à proximité »

Marseille séduit les étudiants grâce à son climat toujours propice à la bonne humeur et se distingue des autres villes. Désignée comme étant la ville la plus ensoleillée de France, elle possède aussi des paysages et des lieux capables de divertir les élèves, à tout moment de l’année. Entre mer, montagne et calanques, tous sont conquis. « Sur le campus de Luminy, on a le soleil, la plage et les calanques à proximité », témoigne Quentin, étudiant dans le sud de Marseille. « On a la forêt à côté, ce qui est idéal quand on veut s’aérer la tête après les cours. C’est plutôt agréable quand on vient de Lille comme moi. On trouve ça nul part ailleurs. », poursuit Loélia, elle aussi étudiante à Luminy. Afterhour sur la plage ou activité plongée, il y a de quoi passer ses meilleures années d’études à Marseille-Aix. (Voir ci-contre)

 

Une offre importante de structures sportives

 

Pour les fans de sports, Marseille est la ville idéale. Gymnases, parcours de santé stades, courts de tennis… il y en a pour tous les goûts et toutes les disciplines. Sans oublier la structure sportive phare de la ville, l’Orange Vélodrome. « J’ai travaillé et mis de côté pendant 2 ans pour venir étudier à Marseille pour au plus près de mon équipe de foot favorite, l’OM. Originaire d’une commune près de Bordeaux, je peux désormais faire mes études et assister aux matchs de foot dans un stade et non plus sur le canapé de mes parents », explique Thomas, étudiant en STAPS.

 

La diversité et l’offre importante des équipements sportifs s’explique par le lien fort de la population avec la discipline. Sans compter les 10 000 hectares d’espaces naturels protégés comme les Calanques, les massifs de l’Étoile ou encore celui du Garlanban, plus ancré dans les terres. « Quand je suis arrivé, on m’a dit « Marseille on l’aime ou on ne l’aime pas ». Aujourd’hui, venir étudier ici était la meilleure décision que j’ai prise et je peux dire que je suis tombé amoureux de cette ville », poursuit Thomas avec joie. (Voir ci-contre)

 

 

 

La sécurité, léger point noir

 

Malgré une préférence pour quelques jeunes d’étudier à Aix-en-Provence pour son côté « safe », d’autres relativisent sur certains quartiers de Marseille. « Ici, on est moins en sécurité que sur le campus de Luminy mais ce n’est pas aussi dangereux que ce que l’on rapporte, ailleurs en France. Je viens de Lyon et je ne suis pas forcément plus perturbée ici que la-bas », explique Charlotte, étudiante à Colbert, en centre-ville. « Si on compare Colbert à Luminy, nous sommes quand même plus exposés aux mauvaises fréquentations ». Les universités du centre ont beaucoup moins d’avantages que celles du sud de la ville. Mauvaises fréquentations autour des campus, rixes entre bandes, soit quelques points négatifs qui réussissent parfois à effrayer les parents et leurs enfants. Malgré son taux de criminalité importante, chaque année Marseille continuer de fasciner les étudiants du monde. 

Cindy Chevaux

Les Bouches-du-Rhône font partie des départements où le nombre de coups et blessures volontaires sont les plus élevés en France. Entre 2017 et 2019, Lyon et Lille arrivent en deuxième position. Enfin, parmi les 4 villes étudiantes citées, Toulouse est celle qui possède le plus faible taux de violence. (Voir ci-contre)